Quelle place pour les Edtech en France ? – RDV#10

L’épidémie du coronavirus et la fermeture des écoles a donné un coup de projecteur inattendu aux jeunes pousses de la Edtech qui espèrent désormais être reconnues comme des acteurs à part entière du dispositif d’enseignement et de formation dans l’hexagone.

Du jour au lendemain, ce sont près de 12 millions d’élèves qui ont découvert les joies de l’école à la maison. Une situation inédite qui a mis la filière de la Edtech en ébullition. Si les outils mis en avant par l’Education nationale (Maclasse à la maison, Espace numérique de travail – ENT…) ont largement été plébiscités, les ténors du secteur ont également su tirer leur épingle du jeu. Openclassrooms a, par exemple, enregistré, en une semaine plus de 70 000 inscriptions ! Chez Digischool, premier acteur national du marché de la révision scolaire, le trafic a été multiplié par deux sur ses sites dédiés aux niveaux bac et brevet. Les plus petits acteurs n’ont pas été en reste en proposant souvent la gratuité de leurs outils pendant la période de confinement. L’occasion de gagner en notoriété mais également, pour tous les acteurs de la filière, de démontrer leur utilité et leur légitimité.

Une place encore modeste mais en forte croissance

Malgré le lancement en 2017 du Plan numérique pour l’Education qui prévoyait d’équiper 50% des établissements publics d’ordinateurs ou de tablettes, le marché du secteur scolaire reste encore timide en France avec un chiffre d’affaires estimé à 89 millions d’euros. Pourtant les choses changent puisqu’un récent rapport d’Educapital notait le rôle majeur des investissements français mais aussi britanniques et scandinaves dans le développement des edtech en Europe. Toujours loin de la Chine et des Etats-Unis qui représentent, à eux seuls, près des deux tiers du marché mondial, l’Europe connait, depuis peu, une croissance fulgurante (+ 120% depuis 2017) pour un chiffre d’affaires 2019 d’un peu plus de 1 milliard d’euros.

Quel avenir pour les edtechs ?

Véritable test grandeur nature pour beaucoup de startups, l’épidémie du Covid19 a été l’occasion pour de nombreuses edtech de se faire connaitre et de mettre en avant leurs outils mais quel avenir les attend ? Seront-elles en mesure de conforter leur développement ? Créée fin 2017, Edtech France entend les accompagner mais aussi représenter les acteurs du secteur et contribuer au développement des jeunes pousses françaises au-delà de l’Ile-de-France où elles sont près de 80% à avoir élues domicile.

Un champ d’application qui dépasse le simple domaine scolaire

Les territoires auront un rôle primordial à jouer dans ce registre en développant, par exemple, des écosystèmes qui favorisent les interactions entre les différents acteurs de la filière mais également les entreprises innovantes qui œuvrent dans des secteurs connexes (technologies numériques, IA…) et qui offrent un terrain propice à l’expérimentation. Si l’école est naturellement concerné, le périmètre des edtech est beaucoup plus large : formation professionnelle, sourcing de nouvelles compétences, reconversion professionnelle… la filière offre aux territoires de nombreux atouts pour lutter contre les inégalités sociales ou accompagner une reconversion territoriale voire même réussir leur transition écologique et responsable.

Participez à notre prochain webinar !

Pour vous inscrire au webinar « Education : Quel rôle pour les territoires dans la formation de demain ? » du 14 mai 2020, cliquez dès maintenant sur ce lien ou sur le bouton ci-dessous :

Florian Gratien
"Nous étudierons ensemble les outils marketing les plus adaptés pour assurer un référencement actif et une visibilité optimale. L'objectif final étant de promouvoir l’attractivité de votre territoire et convaincre les décideurs économiques d'y investir."
ante. efficitur. quis, dictum in venenatis, mattis elit. ipsum libero.